jeudi 8 septembre 2011

Contre Monsanto...

Depuis des années, le « géant » Monsanto écrase méthodiquement l’agriculture bio indépendante.

Le 30 mars, 270.000 plaignants ont déposé une plainte pour sauvegarder une part du marché mondial à l'alimentation bio indépendante. La plainte émane du collectif mené par OSGATA - Organic Seed Growers et Trade Association qui représente près de 60 fermes familiales, d'entreprises semencières et d'organisations agricoles biologiques.

OSGATA enjoint Monsanto de cesser de contaminer ses exploitations par ses OGM de colza Genuity® et Roundup Ready®. Ainsi, des cultures bio de maïs, coton, betteraves à sucre et d'autres cultures ont été contaminées par les OGM. Or Monsanto poursuit des petits indépendants par centaines pour violation de brevet, alors que la contamination est largement naturelle et involontaire.

A l'heure actuelle, la question pour ces derniers survivants, n'est même plus de défendre le bio mais plutôt de préserver l'existence même de leurs exploitations indépendantes des aggressions juridiques continues de Monsanto.

La politique de rachat de ses concurrents a permis à Monsanto d'acquérir 20 de plus gros producteurs et vendeurs de semences du pays. The Street explique dans un rapporte la mise en place d'une stratégie qui oblige les clients à n'utiliser que des semences issues des recherches sur les OGM et les forçent à en racheter annuellement sous peine d'être blacklistés et exclus à jamais de la profession.

Un commission du ministère de la justice américaine, la Commission Securities and Exchange a mené l'enquête en 2010 sur les programmes de Monsanto en matière de "motivation client", et cette commission a mis le doigt sur la forte probabilité d'une violation de la loi antitrust à cause de ces clients blacklistés depuis 2009.

On notera que cette politique de rachat menée par Monsanto sur certains de ses concurrents et les poursuites judiciaires sur les autres ont accrus les bénéfices de la firme de 77 % (490 millions d'euros).

La plainte d'OSGAT sera porté devant la cour de Manhattan et jugée par le juge fédéral Naomi Buchwald.

Le président de la fondation pour les licences publiques (PUBPAT), déclare que l'affaire se résume à Monsanto a-t-il le droit de poursuivre les agriculteurs biologiques pour violation de brevet quand les graines ou pollen OGM Monsanto atterrissent sur leurs propriétés.

“Il parait assez "tordu" qu'un fermier bio contaminé par les semences OGM puisse être attaqué pour violation de brevet, mais le volume des plaintes déposés par Monsanto et les poursuites engagées contre des fermiers par centaines pour violation de brevet, que nous avons du réagir pour protéger l'intérêt de nos membres.”

Cette même PUBAT a déposé la plainte au nom des 270 000 plaignants.

NDT : Il est fort dommage que ce type de plainte regroupant plusieurs plaignants et appelée "class-action" soit actuellement impossible sous cette forme en France.

Source : RT - Organic farmers sue Monsanto du 28 juillet 2011 et traduction originelle chezlibertero.